Dans la famille des sociétés les plus populaires auprès des entrepreneurs, on retrouve sans aucun doute la SASU, une variante de la SAS, la société par actions simplifiée. Cette version unipersonnelle du statut est véritablement en vogue depuis quelques années, notamment parce qu’elle offre à son président une grande souplesse et flexibilité de fonctionnement, ainsi que de nombreux autres avantages.

Pour vous permettre d’y voir plus clair sur ce statut, faisons un tour d’horizon des principaux atouts de la SASU.

La SASU : un fonctionnement flexible

Contrairement à une SARL, ou même à une EURL, la SAS offre une grande souplesse et flexibilité en termes de fonctionnement et d’organisation. Non seulement le président de la société dispose d’une vaste liberté pour la rédaction des statuts, mais en plus, il n’a pas nécessairement à suivre leur formalisme habituel.

La SASU : un statut qui protège le dirigeant

Parmi les avantages de la SASU, qui rendent ce statut aussi plébiscité auprès des jeunes entrepreneurs, on retrouve sans nul doute le régime social du président. En effet, lorsque ce dernier perçoit une rémunération pour l’exercice de ses fonctions, il est alors affilié au régime général de la sécurité sociale, et ce, peu importe qu’il soit l’associé unique ou non. Il en va de même pour l’assurance vieillesse, bien meilleure que celle des autres entrepreneurs indépendants.

La SASU : un statut fiscal aux multiples visages

Normalement soumise à l’impôt sur les sociétés, la SASU propose une autre alternative au président, à savoir celle de l’impôt sur le revenu, au moins temporairement. Lorsque le dirigeant fait ce choix, c’est pour une durée maximum de 5 exercices comptables. Au-delà de ce seuil, la SASU revient automatiquement sous la sphère de l’impôt sur les sociétés.

La SASU : une responsabilité limitée pour l’associé unique

Contrairement à une entreprise individuelle, ou à une auto-entreprise, l’alternative souvent choisie par les entrepreneurs ne souhaitant pas se lancer dans une SASU, la société par actions simplifiée unipersonnelle offre une responsabilité limitée à l’associé unique. Cette dernière se limite donc aux apports que celui-ci a fait dans le capital social, sauf s’il est coupable d’une faute de gestion grave, ou s’il a souscrit à des garanties personnelles afin d’obtenir un financement pour son activité.

La SASU : un statut sans cotisations sur les dividendes

Enfin, il faut aussi savoir que la SASU permet à l’associé unique de ne pas payer de cotisation sur ses dividendes. Seul le traditionnel impôt sur le revenu lui sera demandé en temps voulu.